Que faire si les antalgiques sont inefficaces ?

Pour atténuer les douleurs, on utilise souvent les médicaments tels que le Doliprane, l’Aspirine et autres. Mais que faire s’ils sont incapables d’atténuer la douleur ?

Dans quel cas faut-il utiliser l’Ixprim ?

La douleur étant à l’origine des consultations les plus connues, on peut le rattacher avec plusieurs éléments psychiques, physiologiques, émotionnels et environnementaux. Après la visite chez votre médecin, il pourrait vous prescrire l’Ixprim dans le cas où vous ressentez une douleur allant de modérée, à plus intense que ce soit à travers la peau, les muscles, etc (aussi décrit comme les récepteurs) ; les nerfs ; et le système nerveux. 

Une catégorie plus élevée que les antalgiques dits de classe I comme : Doliprane, Dafalgan, Aspirine. Il agirait plus comme la morphine, ainsi on le classe parmi les antalgiques de palier II.

Vous pouvez l’utiliser suite à :

  • Une opération ;
  • Des douleurs articulaires ;
  • Maux de dos ;
  • Une polyarthrite rhumatoïde
  • Cancer
  • Etc.

Méthode d’administration de l’Ixprim 

La prise de l’Ixprim est formellement interdite aux enfants de moins de 12 ans.

Administration à voie orale accompagnée d’un verre d’eau avant ou après le repas ou en cas de douleur.

La dose est normale de 2 comprimés à renouveler après 6 heures, soit 75 mg de chlorhydrate de tramadol et 650 mg de paracétamol qui ne doivent pas excéder 8 comprimés par jour. Pour les doses supplémentaires, veuillez consulter votre médecine.

N’oubliez pas de faire part à votre médecin les traitements ou les médicaments qui vous a été prescrit avant ou après ou pendant l’Ixprim.

Les incompatibilités de la prise de l’Ixprim

L’Ixprim contenant une substance puissante, il est interdit aux personnes présentant :

  • Une intolérance aux opiacés
  • Une intoxication ou surdosage de sédatifs ou d’ivresse aiguë
  • Une insuffisance hépatique sevrée
  • Une épilepsie non traitée
  • Des troubles neurologiques traités avec les IMAO ou les inhibiteurs de la monoamine-oxydase.

Il est également important de souligner les points suivants :

  • Ne pas mâcher ni diviser les comprimés, ce qui pourrait réduire son efficacité.
  • Ne pas associer avec de l’alcool
  • En cas d’oubli, ne surtout pas doubler la dose
  • Pour un changement de traitement ou d’arrêt, aviser votre médecin, car il y a risque de dépendance.

Peut-on utiliser l’Ixprim durant la période de grossesse ou d’allaitement ?

À part le paracétamol qui est inoffensif lors de la grossesse, l’Ixprim contient également du chlorhydrate de tramadol. Cette substance étant puissante, il n’est pas conseillé lors de la grossesse ni de l’allaitement. Les risques sont élevés qu’à la naissance le nouveau-né présente le syndrome de sevrage.

Par ailleurs s’il est nécessaire de prendre l’Ixprim, il est conseillé d’arrêter l’allaitement pour ne pas transmettre des substances qui seront dangereuses pour le bébé.

Taux de remboursements de l’Ixprim

Pour l’Ixprim, il y a une possibilité de remboursement par l’assurance maladie d’un achat à un taux de 65 %. Cela est dû aux nombreux pathologies et accidents qu’il atténue. Les 35 % seront par contre à votre charge.

Articles Lié

Derniers Articles